top of page

Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Hommage de l’Ambassadeur de la République Dominicaine en France aux sœurs Mirabal, célèbres résistantes dominicaines assassinées.

En 2000, l'Assemblée générale des Nations Unies a désigné le 25 novembre « Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes ». La date a été choisie pour honorer la mémoire des sœurs Patria, Minerva et María Teresa Mirabal, appelées "Las Mariposas", trois militantes politiques de République Dominicaine qui ont été assassinées en 1960, sur ordre du dictateur de l'époque.


En ce 25 novembre 2022, Mme Hernández de Grullón, Ambassadeur de la République Dominicaine en France, a rendu hommage aux soeurs Mirabal et à toutes les femmes du monde en déposant une gerbe devant la plaque commémorative des trois sœurs à Paris.


Cette plaque avait été inaugurée le 8 mars 2021 dans le cadre du 60e anniversaire de l'assassinat des sœurs originaires de Ojo de Agua, Salcedo, en République Dominicaine.


La pose de la plaque est une initiative de Son Excellence Madame Rosa Hernández de Grullón, Ambassadeur de la République Dominicaine en France, pour « rendre un hommage mérité à ces trois militantes révolutionnaires et activistes politiques, qui sont mortes en luttant pour un droit inaliénable, le droit à l'égalité. »


L’histoire des sœurs Mirabal

Nées respectivement en 1924, 1927 et 1935 dans la région de Cibao, en République Dominicaine, Patricia, Minerva et Maria Teresa Mirabal ont fait des études supérieures et obtenu un diplôme universitaire.

Participant activement aux actions politiques menées contre le régime en place et, de ce fait, persécutées par le régime Trujillo et incarcérées à plusieurs reprises, elles devinrent rapidement des symboles de résistance à la dictature du régime. Elles étaient surnommées « las mariposas » (les papillons), leur nom de code au sein du mouvement d’opposition « Movimiento 14 de junio ».

En novembre 1960, le dictateur déclara que ses deux ennemis étaient l’Église et les sœurs Mirabal. Le 25 novembre, les sœurs Mirabal furent brutalement assassinées sur ses ordres, alors qu’elles allaient à la prison pour rendre visite à leurs maris détenus.

Ces meurtres causèrent un choc énorme à la population tout entière et furent l’un des facteurs qui déclenchèrent un mouvement anti-Trujillo. En l’espace d’un an la dictature fut renversée.

Les sœurs Mirabal symbolisent aussi bien la résistance d’un peuple que la résistance des femmes. Le 17 février 2000, par sa résolution 54/134, l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies a proclamé le 25 novembre Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, et a invité les gouvernements, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales à organiser ce jour-là des activités conçues pour sensibiliser l'opinion au problème.

 

À propos de la République Dominicaine

Le secteur touristique représente l'un des principaux moteurs de l'économie dominicaine. Le pays compte plus de 70 chaînes hôtelières, dispose d’accords avec plus de 100 compagnies aériennes ainsi que les principaux tour-opérateurs internationaux. Les aéroports dominicains accueillent des touristes en provenance de plus de 500 villes dans le monde.

Les voyageurs arrivant de France n’ont pas besoin de présenter un test négatif au COVID-19 à leur arrivée en République Dominicaine.

Depuis le 1er avril 2021, les voyageurs doivent présenter à leur arrivée en République Dominicaine le formulaire numérique qu’ils auront complété en ligne avant leur départ. Ce nouveau formulaire numérique regroupe la carte internationale d'embarquement et de débarquement du passager, le formulaire de déclaration en douane et la déclaration sanitaire du voyageur. Il est disponible sur la page https://eticket.migracion.gob.do/. Il suffit ensuite l’imprimer le code QR sera généré ou de le présenter sur son smartphone à l’arrivée aux autorités du port d'entrée ou de l’aéroport au moment du contrôle, pour le faire scanner.

Komentarze


bottom of page