top of page

Taxe de séjour : la France a un prix moyen avantageux

En France, la taxe de séjour est en moyenne trois fois moins élevée qu’en Suisse. Elle est inexistante dans de nombreuses régions espagnoles. Et deux fois plus chère à Dubrovnik que dans le reste de la Croatie. Ce sont les données qui ressortent d’un rapport qu’Interhome, le spécialiste des locations de vacances, a rassemblé pour informer ses clients sur la taxe de séjour à payer dans ses destinations les plus réservées en Europe.

Les pays alpins facturent une taxe plus élevée que les destinations du sud de l'Europe

En hôtel ou en maison de vacances, le voyageur est facturé d’un montant calculé sur le nombre d’occupants et de nuits réservées. En effet, la taxe de séjour est une contribution due par les touristes aux instances locales afin de contribuer notamment à l’entretien et au développement des infrastructures. Son prix est toujours déterminé par les autorités locales et il peut varier selon la région ou la province où se situe l’hébergement de vacances. Pour connaître le prix exact de sa prochaine destination de vacances, il est conseillé de consulter les informations officielles de la destination.

Grandes différences régionales

Outre les différences entre les pays, il peut aussi y avoir de grandes différences régionales au sein d'un même pays. En Suisse par exemple, on paie 4,77 € à Grindelwald, alors qu'à Nendaz, la taxe de séjour est environ 30% moins élevée (3,56€). Les tarifs représentent également une certaine différence lorsque le séjour s'effectue en famille. En effet, alors que pour un couple, la taxe s’élève par exemple à près de 54€ par semaine à Villars, en Suisse, auquel il faut ajouter le prix de la taxe de séjour pour les enfants âgés entre 6 et 15 ans (1,92€ par nuit et par enfant), elle revient en moyenne à 24€ pour seulement deux adultes à Chamonix, en France ; la taxe de séjour s'appliquant uniquement aux personnes de plus de 18 ans dans l’Hexagone.

Des différences à noter au sein des destinations balnéaires

Les plus grands écarts se retrouvent dans les pays alpins, mais ils sont aussi parfois très importants dans les destinations estivales populaires. Ceux qui se rendent dans la capitale de la Croatie, Dubrovnik paient presque deux fois plus cher (2,65€) que dans le reste du pays. Sur les côtes espagnoles, les différences sont encore plus importantes pour les personnes voyageant sur la Costa Brava ou les îles Baléares, qui facturent une taxe de séjour alors que ce n’est pas le cas pour les touristes qui séjournent sur la Costa Blanca ou la Costa del Sol. En France, parmi les 10 destinations balnéaires les plus réservées, Dinard compte parmi la destination où le prix moyen de la taxe de séjour est le moins élevé. Le prix de la taxe de séjour peut donc représenter un certain budget selon la destination, le nombre d'occupants et la durée du séjour. Avec l'inflation de ces derniers mois, c'est un montant à prendre en compte dans son budget de vacances, et à prévoir à l'avance pour éviter les mauvaises surprises.

Les prix indiqués proviennent de données internes à l'organisation d'Interhome applicables pour des adultes ; les prix sont valables jusqu'en novembre de cette année.

Comentarios


bottom of page