top of page

Des gravures de navires de l’époque byzantine ont été découvertes dans une église du Néguev

L’endroit, situé au sud de la ville bédouine de Rahat, était probablement la première étape des pèlerins chrétiens qui sont arrivés par la mer à Gaza pour visiter la Terre sainte.


Crédit @Yoli Schwartz IAA

Les fouilles d’une église de l’époque byzantine située dans le nord du désert du Néguev ont permis de découvrir des gravures murales de navires vieilles de 1 500 ans, probablement laissées par des pèlerins chrétiens arrivés par la mer en Terre sainte.


Selon l’Autorité israélienne des antiquités (IAA), ces gravures ont été découvertes lors des travaux archéologiques menés sur le chantier de fouilles.


Cette église ancienne se situe au sud de la ville bédouine de Rahat. Elle se trouve à une demi-journée seulement de marche d’une voie romaine qui menait du port côtier de Gaza à Beer Sheva, ce qui explique la présence de dessins de navires en plein désert.


Cette église — et plus généralement la région de Rahat — était probablement la première étape pour les pèlerins fraîchement arrivés en bâteau, avant qu’ils ne se rendent sur les sites chrétiens de Jérusalem, de Bethléem, du Néguev ou encore du Sinaï.


« Les pèlerins devaient visiter l’église et laisser une trace de leur passage en y dessinant des navires sur les murs.  Le navire était autrefois un symbole chrétien, mais, dans ce cas, il s’agissait de véritables représentations de navires, ceux sur lesquels ils avaient embarqué pour se rendre en Terre Sainte », expliquent les archéologues.

Ces travaux récents ont été menés par Oren Shmueli, Elena Kogan-Zehavi et Noé David Michael, archéologues de l’IAA, en collaboration avec la professeure Deborah Cvikel du département des civilisations maritimes de l’Université de Haïfa.

 

« L’un de ces dessins est fait d’un simple trait, avec une proue légèrement pointue et des rames discernables des deux côtés, semblable à certains dessins de navires laissés par les pèlerins dans l’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem », relève Cvikel.

Des gravures similaires de navires, vieilles de 2 000 ans, ont été découvertes il y a plusieurs années sur les murs d’un ancien réservoir à Beer-Sheva.

Comentários


bottom of page